Archives pour la catégorie Présentations d’auteurs (cabinet « couleurs glycines »)

Décadance - Clairette GRAS.

Clairette GRAS

Bonsoir à tous!

En before de l’ouverture prochaine de ma galerie en ligne, j’ai le plaisir de mettre à l’honneur ce mois-ci le travail exceptionnel de l’artiste collagiste et plasticienne Clairette GRAS!
N’hésitez pas à diffuser, partager, relayer!…
Nous restons à votre disposition pour toute autre info!
Et… RDV tout prochainement, pour la suite du programme…

« La mission de l’Artiste est souvent de faire réfléchir, éveiller les consciences ou ouvrir la porte possible vers un voyage intérieur. Cela est particulièrement vrai pour le travail de Clairette GRAS, pour qui la recherche d’une singularité s’impose sans doute comme une vérité, un absolu. Si son travail de collagiste ne peut se concevoir sans celui de nouvelliste, peut-être celui-ci parvient-il aujourd’hui à prendre une vie tout à part, incisive, percutante, onirique ou bien tout simplement devient-il évidence.

L’évidence profonde vient en effet du sentiment qui se dégage des œuvres et là où on aurait pu parler simplement d’un pont entre abstraction et figuration, là où l’on aurait pu se contenter de se laisser emporter par la richesse des techniques picturales, artistiques, ou ébahir par la profusion des références et où l’âme est nourrie instinctivement (Clairette Gras aime repousser toujours plus loin les frontières de son art), on est subjugué plutôt par la quête d’idéal, d’authenticité, poussée aujourd’hui à son paroxysme et qui emporte tout sur son passage.

Clairette Gras se définit elle-même comme une voyageuse imaginaire et son art nous fait en effet nous envoler vers d’autres mondes, mais qu’ils soient plus sensibles, ou qu’ils montrent du doigt quelques vérités, ce voyage inévitablement nous renvoie à des émotions intimes, profondément humaines.
Et c’est là que l’artiste capte le mieux l’œil, les sens et le cœur, c’est dans cette profonde humanité qu’elle revendique comme un vertige fragile, certes, au premier abord, et qui pourtant parvient à se distiller hors des toiles, hors des couleurs, telle une fulgurance.

La force de l’art de Clairette Gras réside donc en ce que le voyage intérieur devient universel, « attendons de voir » si « la guerre » tant dénoncée, ou si les injustices mises en exergue, vont finalement prendre le pas chez l’Homme.

Mais penchons (parions) plutôt sur une rédemption possible de Lui à travers l’Art, à travers l’amour universel et ce qu’il porte en lui de meilleur, en filigrane. Car ces œuvres ne sont pas à contempler seulement, à découvrir, ou à admirer, on l’a dit, quelque chose est distillé, inévitablement, et le travail de l’artiste se poursuit, se diffuse bien au-delà et bien après cette première approche…

L’art de Clairette GRAS évolue sans cesse, dans un temps qui justement ne demeure jamais figé, à vitesse grand V, il n’est plus uniquement aujourd’hui, un travail de collagiste, mais bel et bien également d’artiste plasticienne.
Très préoccupée par une double thématique de plus en plus omniprésente au sein de son œuvre, à savoir le temps qui passe, inexorablement, et une profonde mélancolie (sans cesse « reboostée » par cette fameuse quête d’idéal sans fin dont nous parlions plus haut), l’artiste ne cessera de vous surprendre et de vous proposer, peut-être, une clé vers un ineffable « temps de pause » , et peut-être même, vers un indicible instant de bonheur ».
(Olivier-Yves VINCELLO).

Collage ci-dessous: Clairette GRAS: « à chacun son ailleurs » – collection personnelle.

A chacun son ailleurs - Clairette GRAS

FacebookTwitterGoogle+PinterestYahoo MailLinkedIn
Bleu k'arim

Sortie du livre de l’artiste Karim MEZIANI: « le Nomade du Pigment »!

« Comme une soif, une volonté, une énergie indicibles, afin de demeurer toujours dans cette quête de découverte sensorielle, sensuelle, sentimentale en tout cas de l’œuvre.
L’art du plasticien Karim Meziani est avant tout un acte de passion, de don; la bonté et l’émotion que l’on ressent en admirant son travail procurent un sentiment de joie profonde et pure, en ce sens qu’elle est naturelle, instinctive et jouissive.
Mais l’art se mérite, se guette, se désire et s’attend…puis se suspend dans l’air, tel un parfum envoûtant, obsédant, qui ne nous quitte plus.
La couleur, indissociable de cet art, c’est la vie, entre ciel et terre, violente ou apaisante, elle ne peut être que source intarissable d’inspirations et d’évocations.
Mais plus que tout, si la vie un jour s’arrête, la passion, elle, aime à dire le peintre, « elle ne meurt pas ».
Célébration de la passion ou magicien qui aime à créer et à inscrire l’œuvre dans une durée, à la fois dans et hors du temps, l’énigme Meziani, inaltérable, relève sans doute de quelque chose de l’ordre du divin, au sens alors universel du terme ». (Olivier-Yves VINCELLO)

A l’occasion de la sortie de son livre « Le Nomade Du Pigment » aux éditions Colorset, Seen Art Gallery a le plaisir d’accueillir l’exposition de l’artiste Karim Meziani, intitulée « Bleu Mystique ». Le vernissage de l’exposition aura lieu le vendredi 27/10; la vente dédicace du livre avec la précieuse collaboration de Samir Djama des éditions ColorSet se fera le samedi 28/10.

Retrouvez l’événement « vernissage de l’exposition « bleu mystique » de Karim MEZIANI à la galerie SEEN ART directement sur Facebook!

Vernissage Karim MEZIANI

Le Nomade du Pigment

FacebookTwitterGoogle+PinterestYahoo MailLinkedIn
Joseph-DELTEIL

Conférence de Jean-Louis MALVES sur Joseph DELTEIL, à la médiathèque du Grand Narbonne, le jeudi 18 mai à 16H30!

18447310_919170184891950_699747684962491011_n

Sur un projet de Marie-Laurence SCHMITZ de l’Association « Vagues de soleils », et M. Jean-Louis MALVES, suite à une conférence donnée lors des journées du patrimoine à Fabrezan, venez rencontrer ce conférencier et auteur hors pair, qui nous parlera avec brio de ce poète régional, trop méconnu, Joseph DELTEIL.
« Joseph DELTEIL, un Philosophe du soleil », conférence de Jean-Louis MALVES à la Médiathèque du Grand Narbonne.
Jeudi 18 mai, à partir de 16H30.
En présence de Mme Magali ARNAUD, qui nous présentera également le sentier poésie de Villar-en-Val et de Mme Aline BERAUD de la Médiathèque du Grand Narbonne, grâce à qui ce projet a pu voir le jour.

Retrouvez l’événement directement sur Facebook!

Joseph Delteil, né dans l’Aude en 1894, a été tour à tour un poète, symboliste puis fantaisiste, un écrivain surréaliste de premier plan, aux côtés d’André Breton, Paul Eluard et Aragon, un romancier épique fabuleux, celui de Jeanne d’Arc, prix Fémina en 1925. Il élabora le scénario du film du Danois Carl Dreyer, La Passion de Jeanne d’Arc. Caroline Dudley, productrice américaine de la fameuse Revue Nègre qui fit connaître à Paris Joséphine Baker et le jazz de Sidney Bechet, devint la femme de sa vie, une existence finalement aussi pétillante et riche que son œuvre.

Delteil a été admiré et aimé par les plus grands écrivains et artistes : les Delaunay, Chagall, Henry de Montherlant, l’Américain Henry Miller, le grand Albert Camus, Pierre Soulages ou encore Michel Onfray… Ceux-ci ont compris que le poète éblouissant avait des idées, originales et utiles, exprimées dans des ouvrages en quête de sagesse, écrits dans son Occitanie d’origine : Jésus II, François d’Assise et La Deltheillerie.

Aussi, la question suivante paraît pouvoir être posée à propos de Delteil, disparu en 1978 : le poète connu ne cacherait-t-il pas un surprenant philosophe du soleil ?

18447001_919170321558603_8541941937602672089_nEntrée libre et gratuite.

FacebookTwitterGoogle+PinterestYahoo MailLinkedIn
12963918_10206394947377341_6040327544355847815_n

L’art de KRYSTÖF arrive dans l’Aude!

KRYSTÖF, est un peintre compulsif, viscéral, qui peint avec une passion dense depuis toujours.
Originaire de Montpellier, il s’inspire du milieu urbain qui le fascine et dans lequel il baigne depuis enfant, mais également de la calligraphie, notamment arabe.
Il apprend peu à peu la patience, et peaufine son art avec élégance et légèreté.
Le contraste entre la fluidité de ses traits et son caractère instinctif confère à ses toiles un mélange assez exceptionnel.
KRYSTÖF aujourd’hui « s’expatrie » de plus en plus de son Hérault natal, où il a déjà exposé à de nombreuses reprises dans des bars à vins, cafés, maisons pour tous, galeries, etc, bref tout lieu susceptible de rendre accessible l’art aux autres, en somme.
C’est un réel plaisir pour les amateurs d’art de découvrir dans l’Aude voisine, cet artiste de grand talent.
Krystöf en effet expose à partir du vendredi 8 avril, et ce jusqu’au 22 mai prochain, au célèbre « Cochon Noir » de Carcassonne.
Le vernissage s’est déroulé en présence de nombreux artistes et tout en musique le 8 avril au soir.
A l’actualité également, le cabinet « Couleurs Glycines » en partenariat avec le El Lindo Café (et soutenus par l’Association « Vagues de soleils »), sont heureux de vous proposer ses derniers « éphémères urbains », au café des artistes de Narbonne, situé 3 rue du 1er mai.
Le vernissage de KRYSTÖF au Lindo Café aura lieu quant à lui le vendredi 15 avril, à partir de 18H30, avec en préambule une superbe présentation des poésies de Micaël OGNIBENE, descendu de Bordeaux spécialement pour cette belle occasion, Krystöf adorant lui-même les mots et mêler les arts…

Retrouvez une interview de KRYSTÖF par NEED ART!

Rejoignez le vernissage de KRYSTÖF au El Lindo Café de Narbonne le 15 avril!

Retrouvez ici le site internet de KRYSTÖF!

Ephémère

FacebookTwitterGoogle+PinterestYahoo MailLinkedIn
12377840_623276331156017_1482821288049400432_o

Linda se balade chez les Mille Poètes en Méditerranée

Le vendredi 18 mars dernier, à l’Univers de Kama, rue de Plaisance à Narbonne, Amparine s’est livrée une nouvelle fois, autour cette fois-ci, d’un carnet de voyage atypique, en Birmanie.
Habillée pour l’occasion d’une robe traditionnelle birmane, elle a évoqué sa dernière balade, initiatique et forte, riche de sens, autour de très belles photographies de son amie Catherine BRUNELLE DURAIN qui était partie avec elle pour cette expérience inédite.
Ce fut pour le bar à chats de Narbonne une jolie occasion, toute en »sérénitude » de proposer dans une atmosphère conviviale et toujours aussi chaleureuse, une sorte de prolongement à son roman « la balade de Linda » , co-écrit avec O-Y VINCELLO et dont elle assure actuellement la promotion dans l’Aude, l’Hérault, mais aussi le grand sud-ouest.

Elle était d’ailleurs le 25 mars dernier à Lézignan-Corbières, et le samedi 26 mars en dédicace à la librairie LIBELLIS.

Tout prochainement d’ailleurs, Linda se baladera de nouveau chez les Mille Poètes en Méditerranée, le vendredi 1er avril (et même si Linda est du signe des « poissons », la date n’en est pas un, de poisson!!), à partir de 20H30 (rue de l’ancienne porte neuve) à Narbonne, afin de présenter en lectures de textes et scénettes théâtrales son travail et son témoignage de vie.

(…) « Linda a commencé alors à parler d’un voyage en Asie, à ce moment-là du récit.
Elle ne savait pas encore au juste où cela serait. Ni quand. Elle savait juste que cela se ferait. Lorsque ce serait le bon moment. Le moment venu.
Linda a (éprouvé le besoin) de remercier le tout premier homme qui lui a fait l’amour (à cet instant précis).
Linda a remercié la Vie d’avoir su dépasser cette montagne qu’était la sexualité d’une Femme.
Elle s’est sentie pleine de reconnaissance, d’espoir et de bienveillance.
Lorsqu’elle est rentrée chez elle, ce soir-là, vêtue une fois de plus de rouge et de noir (…), elle s’est mise à écrire… écrire et écrire frénétiquement une nouvelle page (de son existence).
Dorénavant, oui, elle voulait s’ouvrir sur le monde, et tous les moyens devenaient donc possibles et bons, pour ses fins. »
(Acte VI – « Atoutcoeur » – « la balade de Linda » (AMPARINE & Olivier-Yves VINCELLO)).

10325133_623276484489335_7607264132895455508_n

(Photographies: Philippe FONTAINE pour IDHERAULT.TV)

FacebookTwitterGoogle+PinterestYahoo MailLinkedIn
12633049_846231768821179_1848497236_o

DEDICACE DE « la balade de Linda » à la librairie LIBELLIS à Narbonne, ce samedi 26 mars à partir de 14H!

Bonjour à tous!

Nous avons le plaisir de vous convier à notre première dédicace en librairie de notre roman « la balade de Linda » ce samedi 26 mars à Narbonne.
RDV à partir de 14H à la librairie LIBELLIS, rue droite.
Nous vous attendons nombreux!
Lors de ce bel après-midi, diverses lectures et scénettes théâtralisées s’entremêleront, sous vos yeux et à l’ombre de vos oreilles, au 43 rue droite, dans ce coin magique de Narbonne.
Au programme:
14h30: lecture de la rencontre avec l’écrivain public – par Olivier.
15h: « les affres de la folie guettent » – par Amparine.
15h30: lecture de la rencontre avec Gaston – par Olivier.
16h: « tu dors » – par Amparine.
16h30: lecture de la rencontre avec Jean-Luc – par Olivier.
17h: « les fleurs ont beau faner » – par Amparine.
17h30: la minute en plus – par Olivier.
18h: om shanti –
Très belle journée à tous et un merveilleux week-end pascal!

Rejoignez directement l’événement sur Facebook!

(Photographie: Dany GUNSETT à l’Alégria de Lézignan-Corbières, lors de l’apéro-tapas-signature qui avait eu lieu à la sortie du livre, le 23 janvier dernier.
A noter également que vous pouvez désormais trouver notre livre à l’Alégria, côté Lézignan-Corbières).

FacebookTwitterGoogle+PinterestYahoo MailLinkedIn
AFFICHE LA BALADE DE LINDA - Vendredi 25 mars 2016 - réactualisé

Nouvel apéro-tapas-signature de « la balade de Linda », cette fois ci chez COCOSWEET!

Hey, les Corazones!

Nous vous proposons ce soir:
Un Apéro-tapas-signature de notre roman « la balade de Linda » ce vendredi 25 mars, à partir de 19H, au restaurant COCO SWEET de Lézignan Corbières.
Suivi d’une EXPO-CONCERT de Layla & Alex DHERS à partir de 20H!
Une très belle soirée sous le signe des arts mêlés, en perspective! :)
Merci à L’Indépendant du mardi 22 mars dernier pour le très bel article, réalisé par la journaliste Gaëlle GUEANT!
Par avance, très belles fêtes de Pâques à tous!

Rejoignez directement l’événement sur Facebook!

12440587_769602613170828_3971731457396563278_o

FacebookTwitterGoogle+PinterestYahoo MailLinkedIn
12414067_828532397257783_2003680747_o

LA BALADE DE LINDA est disponible désormais dans de nouveaux points de vente!

Holà à tous!

Nous sommes heureux de vous annoncer que « la balade de Linda » est désormais disponible dans de nouveaux points de vente!

Sur NARBONNE, le roman est disponible chez:
* El Lindo Café, 3 rue du 1er mai.
* Librairie LIBELLIS, rue droite.
* L’Univers de Kama, 3 rue de Plaisance.
* BLEND ART, place du forum.
A LEZIGNAN-CORBIERES, fief de la belle, vous pouvez également dorénavant trouver « la balade de Linda » à l’Alégria.

Sur FOIX (Ariège), le roman est disponible à la librairie centrale.

A TARASCON SUR ARIEGE, RDV à l’échoppe « VOX SCRIBA », place du Berri.

A PARIS, retrouvez « la balade de Linda » à la librairie « Les mots à la bouche », rue Ste Croix de la Bretonnerie.

Et bien sûr, il est toujours en vente sur les sites:
Couleurs Glycines
Vox Scriba
et auprès de nous, directement, également! :)

En attendant, retrouvez-nous cette semaine à COCO SWEET à LEZIGNAN-CORBIERES ce vendredi 25 mars, à partir de 19H (article à paraître mardi 22 mars dans l’Indépendant).
RDV également à la librairie LIBELLIS samedi 26 mars, à partir de 14H pour notre première dédicace en librairie! :)

« Un livre témoignage destiné à toutes les Femmes »:
« La balade de Linda’ est une vraie bouffée d’oxygène dans un monde en crise, un pur rayon de soleil dans une actualité pleine de morosité et d‘inquiétude. La petite oasis dans l’aridité de nos jours contemporains, l’étincelle qui jaillit comme une goutte d’espoir, malgré les turpitudes et les affres de l’existence… »
(Le Petit Journal de l’Aude – 28 janvier 2016).

« La balade de Linda, au-delà du roman biographique »
« On est à la frontière entre le roman, la poésie, le théâtre et la biographie. C’est une sorte de plat assez épicé et coloré. Amparine a fourni la matière orale et Olivier-Yves VINCELLO l’a retranscrite, en y mettant ses mots, son rythme. C’était thérapeutique, d’où le rendu final d’universalité. Construit sous forme d’actes comme au théâtre, la biographie sut finalement un prétexte pour s’adresser aux doutes et aux interrogations humaines. Mais on ne tombe jamais dans le « pathos » grâce à l’écriture très dynamique ».
(L’Indépendant – 6 février 2016).

« La maladie et la mort ont changé la trajectoire de la vie d’Amparine, et ce, de manière totalement inattendue, aujourd’hui pour son plus grand bonheur » (Sophie DAVANT).
« Il y a un mot qui résonne fort dans ce parcours de vie atypique : le mot ‘ESSENTIEL’ » (David LEFRANÇOIS).

Belle semaine à tous, les Corazones! <3

FacebookTwitterGoogle+PinterestYahoo MailLinkedIn
11222283_673065499495263_1897877165181394442_n

Carnet de voyage autour de « LA BALADE DE LINDA » ce soir à l’Univers de Kama, à ne pas manquer!

C’est le grand retour d’AMPARINE cette semaine, de son long voyage en Birmanie.
Nous avons l’immense plaisir de reprendre notre « marathon littéraire » dès cette semaine et nous aurons la joie de nous poser ce vendredi soir à partir de 18H30 à l’Univers de KAMA.
Nous vous y attendons nombreux, pour de belles et nouvelles aventures!…
Cette soirée sera consacrée, pour l’occasion, à une découverte en témoignages sans doute très forts, de la BIRMANIE. Nous parlerons également, en textes et en scénettes théâtralisées, de notre rencontre et ce sera également l’occasion de souhaiter l’anniversaire de la Belle!
Projection de photographies de Birmanie également au programme!

Nous vous attendons nombreux!

Rejoindre directement l’événement sur Facebook!


Consulter la page Facebook de l’Univers de Kama, le bar à chats de Narbonne!

AFFICHE LA BALADE DE LINDA - Vendredi 18 mars

FacebookTwitterGoogle+PinterestYahoo MailLinkedIn
FullSizeRender (1)

Christian BONNAMY expose au El Lindo Café à partir du 1er mars!

affiche 2

Christian BONNAMY :
« Une vie… à caresser les pieds de Dieu »
*

Christian BONNAMY, né en décembre, il y a 78 ans à Carcassonne, a partagé son enfance entre Toulouse et la Redorte. En effet, pendant la guerre, le petit Christian était plus en sécurité chez ses grands-parents à la Redorte. Il a toujours eu besoin, envie de peindre ; ça l’a accompagné toute sa vie, ça, l’amour de la peinture. Ca a toujours été comme une seconde peau, une évidence. Autodidacte – mais pas par choix, vous connaissez sans doute l’adage qui veut que peindre (ou être artiste) n’est pas un métier ? C’était encore plus vrai à l’époque. Alors, le jeune Christian, qui aurait voulu rentrer aux Beaux Arts, a peint comme il a pu, avec ce qu’il trouvait, sur des murs, sur des troncs d’arbres, etc.

Il a toujours ressenti en lui, aussi loin qu’il se souvienne, cette nécessité de peindre ; des paysages, des portraits, au début, il était dans le figuratif. Cela répondait à un sentiment qu’il éprouvait au fond de lui, mais peu à peu, il a évolué, bien sûr, comme tout artiste, et son évolution s’est tournée vers la fin des années 70, à l’abstraction.
Il avait en effet le sentiment d’être coincé, dans tout ce figuratif, ça ne répondait plus à ce dont il avait envie ; peindre était pour lui un profond voyage intérieur, après avoir exploré l’œil interne, il avait envie d’explorer l’œil du cœur.
Après nous avoir proposé une exposition de grande ambition aux Mille Poètes à Narbonne (1, rue de l’ancienne porte neuve) jusqu’à la fin du mois de février 2016, c’est plus spécifiquement sa période abstraite qu’il a choisi de mettre en avant lors de sa nouvelle expo, comme une continuité, toujours dans le soin de présenter une rétrospective de ses œuvres, au El Lindo Café, le café des Artistes, situé rue du 1er mai, juste derrière.

Ce seront donc bel et bien les peintures abstraites de l’artiste, qui cette fois-ci, seront mises en avant, soit une période de plus de trente ans, curieusement démarrée avec la fondation de sa famille, dans les années 80.
Christian BONNAMY, ce sont des vibrations, des rapports à l’affect qui sont puissants, nous sommes dans l’ordre du souffle, du viscéral, il n’y a pas de concession ; la peinture, à l’état brut, s’impose.
Il a toujours voué sa vie à la peinture, dans une certaine forme d’égoïsme, peut-être, mais avant tout dans une urgence de peindre, une folie de vivre, une envie qui relève de l’essentiel, pour lui.
Il a enchaîné de nombreux boulots dans sa vie, mais tout passait dans la peinture, il peignait partout, dès qu’il le pouvait. Il régnait toujours chez lui une puissante atmosphère d’huiles et d’odeurs entêtantes. L’envie de peindre était plus forte que tout le reste. Il a toujours eu le sentiment d’avoir réussi sa vie, parce que coûte que coûte, il a pu faire ce qu’il voulait avant tout ; et cet « avant tout » passait bien évidemment par son art.

Lors d’un voyage en Hongrie, il a obtenu une ouverture géographique, une dimension intéressante. Il était parti au départ apporter des médicaments et des vêtements, dans le cadre d’une association à but humanitaire, et de fil en aiguille, ce sont plusieurs aller-retours qui se sont enchaînés, avec à la clé, de belles, magnifiques rencontres artistiques ; il a connu là, des camps d’artistes, où il y avait des peintres venus de toute l’Europe, il était alors le seul Français, il a pu ainsi longuement échanger sur sa passion, sur l’abstraction qu’il sentait déjà poindre en lui et a, par ailleurs, bien vendu sur place.

Il a raflé de nombreux prix, et notamment, quelques prix en Languedoc-Roussillon, mais plutôt sur le tard, en définitive ; aujourd’hui il est un artiste reconnu, accompli, respecté. Il a ce besoin d’exposer depuis quelques années, le Café de la Poste à Narbonne, entre autres, avait eu l’honneur de l’accueillir déjà, par le passé.
Il y a une dizaine d’années, Christian BONNAMY a été victime d’un AVC, puis de deux autres. Malade, fatigué, il n’avait pourtant de cesse de se remettre à la peinture. « Il me tarde de peindre de nouveau », clamait-il alors à tout va, et c’est en effet, la peinture, une fois de plus, qui l’a sauvé, qui a provoqué en lui une renaissance.
Et très curieusement, son art a encore évolué, progressé ; les couleurs, plus encore, ont explosé, de nombreux ronds se sont mis à danser sur les toiles, un peu à la MUNCH, qui après son AVC, s’était mis également à peindre des ronds.
La spiritualité se fait depuis quelques années plus forte encore, plus insidieuse, elle vous prend aux tripes, vous fait poser les questions métaphysiques, existentielles, essentielles de la vie, le besoin est à présent synonyme d’une urgence encore plus évidente, en ce sens que nous sommes dorénavant dans une quête d’absolu, une soif d’idéal.

Et c’est lors d’un vernissage, il y a quelques années de cela, qu’a été rapportée cette belle anecdote, mystique, devenue probablement très symbolique de l’art de Christian BONNAMY aujourd’hui. Un des amis du peintre a raconté que pour ce dernier, peindre était synonyme de l’acte d’amour en lui-même, absolu ; on pouvait bien mourir désormais, après avoir touché les étoiles, en ce sens, l’acte de création était un acte visuel, passionnel, traversé de douleurs – mais aussi d’extase.
Peindre en somme… serait donc tout simplement nourrir un dialogue avec Dieu.
Peindre en définitive, ne serait pas autre chose que de chercher la plénitude.
Car Oui, la Vie, pour Christian BONNAMY, n’est finalement pas autre chose que de « caresser les pieds de Dieu »…

Rejoignez l’événement directement sur Facebook!

Christian BONNAMY : « Une Vie… à caresser les pieds de Dieu … »
Exposition du 1er mars au 11 avril 2016.
Vernissage le vendredi 4 mars, à partir de 19H.
El Lindo Café, 3 rue du 1er mai, Narbonne.
(Contact : Sandrine au 06 81 87 02 91)

FullSizeRender

FacebookTwitterGoogle+PinterestYahoo MailLinkedIn